lundi 14 juillet 2008

mon Dourdou


Arrivée sous le ciel gris. Froid. Faire un tour rapide pour retrouver les amis. Personne en vue. Ca doit dormir ou boire chez Ginette. Envoyer des messages. Reconnaître le responsable de la spéciale. Cette année, Golinhac.












Apercevoir des visages inconnus, déjà vus. Déjà été là. Un an passe tout juste, ou presque. Moins froid, un peu faim. Enfin le chef. Pas pressé. Moi oui, de poser mes affaires, me changer, peut-être dormir un peu. Pas le temps. Rendez-vous aux Chalets.



Se faire expliquer le gîte, décharger la moto. Préparer son coin dans le dortoir. Enfiler un jean. Rencontrer les autres bénévoles. Partager avec eux le repas du soir. Recevoir un appel. A quelques minutes du départ. Route sèche, quelques rares traces d'humidité sous les arbres. Gazzzzzzzzzzzzzzzzz !

Et voilà partie la déferlante qui déchire la nuit. Rendez-vous avec les rallyemen à moto. Spectateurs raisonnablement amassés sur le talus. Ceux de la nuit, qui n'ont peur de rien, pas même de la pluie ! Deuxième message. Pluie qui mouille ... bizzzz en guise de protection divine. Passage fracassant d'un drôle d'engin à trois roues. Cette fois pour de bon. La radio annonce le premier concurrent. Pointer son passage. Aveuglés par les feux ajoutés, numéro illisible.

Silence. Guetter le prochain. Déchirant. Aveuglant. Et pluie.

Tenter de repérer les amis. Tenter un encouragement invisible. Eau du ciel qui redouble. Quelques travers. Quelques tout-droits. Quelques motos aveugles elles aussi. Ralenti. L'envers du décor. Ce pourquoi nous sommes là. Aider. Etre là. Au cas où. Ce où qui ne se produira pas. Et pourtant ...

Aller au devant d'une camionnette qui franchit la ligne d'arrivée. L'arrêter. Discuter. Ordonner. Insister. Interdire le passage plus bas. Agiter drapeau. Conducteur éméché commence à manoeuvrer. Renfort. Dehors. Le pire évité. Merci le ciel, même pour cette pluie.

Résister à l'envie de s'abriter dans la voiture. Résister à l'envie de dormir.
Cessation de la pluie. Spéciale terminée sous une pluie ... d'étoiles. Cette nuit il fera beau.

Retrouver son coin dans le dortoir. Vite s'endormir avant l'arrivée du groupe. Lumières, éclats de voix. Ronflements. Sommeil. Matines. Rayon de soleil.
Petit déjeuner. Prendre la moto. Profiter du soleil de la pureté de l'air, du réveil des vaches, des oiseaux, des papillons. Petit tour bucolique. Retrouver les amis. Ca dort encore, ou ça chocolate chez Ginette. Repartir pour le départ de jour. Nouveau poste. Avoir enfin la possibilité d'embrasser les amis.

Fliquer les automobilistes. Interdire l'incident de la nuit. Protéger. Le drôle d'engin à trois roues. Moto 00. Moto 0. C'est reparti. Regretter la liste des engagés et leurs numéros. Pointer au stop. Désolée, on a pas les temps. Saluer de la main, d'un sourire. Merci de rouler pour notre plaisir d'être ensemble dans cette belle aventure.

Comprendre que quelque chose de contrariant s'est produit pour Ol'. Embrasser le casque de Lee, puis celui de R'lyeh. Rendez-vous à l'aligot. Attendre avec impatience leur deuxième passage. Récupérer des morceaux de moto. Passer des messages. Désolée, toujours pas les temps. Discuter. Soleil. Fleurs et papillons.

Side-balai pour la dernière fois. Rouvrir la route. Ranger le matériel. Retrouver la moto. Villecomtal. Rencontrer Karine. Emotion. Faire partie de la tablée. L'année qui vient de s'écouler.

Encore une nuit. Charger la moto. Retrouver les amis. Chez Ginette. Se dire au revoir. A l'année prochaine.

sur la route du retour en passant par l'Aubrac




canal parallèle à la Loire


Gien











1 commentaire:

N_S a dit…

On sent l'action, la rapidité des enchaînements, le goût de trop peu aussi que tu sembles en garder.

1er topic de 2008, en attendant la suite ... :)

bizzz